Vu l’état où en sont les choses autant donner un coup de main pour atteindre le  fond du puit. Aussi je me permets de soumettre aux concernés, et ils sont nombreux, quelques idées.

1- Défendre « les valeurs »

Pour défendre « nos fondements et nos valeurs » je propose de passer à la vitesse  supérieure. Aussi il me semble patriotique de s’inspirer de l’Arabie Saoudite  et de combattre la nudité étalée à tout bout de champ. Regardons ce qui se fait chez ceux qui nous ont devancés :

Avant:

Après: 

Avant:

Après:

Photos prise en Arabie Saoudite par Susie of Arabia

On peut faire mieux, j’en ai la conviction.

2- Punir les journalistes irresponsables

Ah ces journalistes. C’est connu : ils sont les premiers responsables des maux du Maroc et du monde.  Le 134ème rang dans le rapport WEF des technologies de l’information ? c’est eux. Le 127ème rang dans le classement de la liberté d’expression ? c’est eux.  La 130ème place  dans l’Indice du développement humain du PNUD ? Encore eux.
N’en jetons plus et passons vite aux mesures radicales pour les punir : 



3- Dénoncer avec forcer tout ce qui bouge

Je propose de faire travailler tous les conseils des Oulémas de toutes les villes marocaines. N’importe quel motif peut faire l’affaire. Tenez, au hasard, la ville de Marrakech abritera son festival de cinéma  en décembre prochain. Il y aurait bien sûr des stars, des femmes en décolleté, de l’alcool et que sais-je encore. Mais que fait le Conseil des Oulémas de Marrakech ?
Voici donc pour eux un communiqué prêt-à-porter  qui n’est que la reproduction de celui de leurs confrères de Mohammedia :
«Les populations de Marrakech ont été informées de la tentative d’organiser un festival de cinéma en présence des Koffars et de kaffirates, arguant que cela s'inscrit dans le cadre du 7ème art», indique un communiqué du Conseil reçu lundi soir à la MAP. 
«Le Conseil provincial des ouléma de Marrakech  dénonce cet acte odieux qui défie les enseignements de Dieu et du Prophète avec tout ce qu'il engendre comme sanction sévère», ajoute le communiqué. 
Le texte relève que «le Maroc, où l'art et la culture s’exercent en totale conformité avec les fondements religieux garantis par le commandeur des croyants, ne peut tolérer cette atteinte publique à la religion», attirant l'attention sur «les répercussions de ces actes sur la vie de la oumma, soucieuse du respect de sa religion et attentive aux agissements des agitateurs».
Bien sûr vous pouvez prendre n’importe quel évènement,  faire votre propre communiqué et transmettre à la MAP qui diffusera.