L} ntFileName}} ( B)">

Commentaires

1. Le mardi, septembre 1 2009, 01:25 par Le Penseur

@Larbi

Excellent billet ! Et tout de même, une question :
Si je n’arrive plus à assurer les versements, et que je suis foutu dehors, elle se trouve où la nuance entre hypothèque et gage ?

2. Le mardi, septembre 1 2009, 04:07 par yahia

Larbi, je sais que c'est hors sujet, mais t'as entendu parler du burkini?
Je suis content pour ces femmes qui se baignent sans aliénation désormais.

3. Le mardi, septembre 1 2009, 04:23 par Aïsha Q.

Pourquoi pas de véritables banques islamiques au Maroc alors, plutôt que ces îlots halal dans un océan de Haram???

4. Le mardi, septembre 1 2009, 04:36 par Omar

Très bon billet Larbi :-)
Un gros problème auquel est confrontée la finance islamique dans le monde, est la rareté de doubles profils financier/théologien pouvant donner leurs avis sur les produits shariaa compliant. Il doit exister une dizaine de sommités dans le monde, et le pire c'est qu'ils donnent parfois des avis contradictoires sur certains produits...
Concernant le Maroc, l'introduction de produits dits alternatifs était une manœuvre purement politique pour contrer certaines revendications du PJD. Sauf que ces produits ne bénéficient pas d'une fiscalité adéquate, ce qui les rend absolument hors de prix par rapport aux produits classiques. On a encore du chemin à faire...

5. Le mardi, septembre 1 2009, 05:04 par e-Energumene

Bravo ! :) Mais là, il faut s'armer d'un courage, de beaucoup de volonté, et beaucoup d'informations pour répondre à Nos Financiers Marocains qui, je suppose n'ont pas encore lu cet excellent billet.

En les côtoyant quasiment chaque Jour, la première chose qu'ils disent sur la Finance Islamique : c'est que cette Usure, est Juste maquillée par d'autres Noms ! et que finalement, un produit financier islamique coute Plus cher qu'un produit financier "Normal" : tout simplement car dans la finance Islamique, il y a une grande prise de risque, qui devrait être répercuté sur les bénéfices de la banque !

6. Le mardi, septembre 1 2009, 05:18 par e-Energumene

Ah, j'ai oublié le Cas du Maroc avec la finance Islamique : Les banques Marocaines sont en quasi-monopoles, avec des partages du Marché (tacite ou pas !) et surtout un Groupement (GPBM) à travers lequel, ils protègent leurs intérêts, et imposent des tarifs planchers (Concurrence Zéro !)

Et leur plus grande Peur, c'est de voir s'installer une finance Islamique, qui a, à la fois la sympathie d'une Grande partie des Marocains et qui comblera le vide laissée par ces Banques (taux de bancarisation actuelle de 30%, tout en sachant que ce chiffre est gonflée par les personnes ayant plusieurs comptes à la fois !).

Il faudrait un vrai clash pour voir une lueur de finance Islamique au Maroc. Et ce clash ne saura Tarder.

7. Le mardi, septembre 1 2009, 09:55 par Réda Chraïbi

Il y a des points positifs dans la finance islamique comme l’éthique et la matérialité des investissements. On n’investit pas dans le haram, et on ne finance que ce qui est palpable, et non pas une option de vente adossée au prix des bananes de Martinique. Cette approche a certainement faire échapper ce secteur de la finance bien des soucis qu’il ne soupçonnait probablement même pas. Comme on dit chez nous « ma’ddirch mat’khafch ».

Néanmoins, je suis de ceux qui disent que même si elle exclu les intérêts, la finance islamique n’est pas gratuite. Le cas pratique sur le prêt immobilier montre que l’acquisition du bien via un prêt coutera plus cher que son prix initial. De là un casse tête pour savoir quel est le sens de « la marge commerciale » pratiquée la banque ? Une banque n’est pas un promoteur immobilier, elle n’est pas sensée faire des marges commerciales sur ventes de biens immobilier sa principale source de revenus. Mais alors, une marge commerciale sur le prêt du capital ? nous tombons dans la définition même de l’intérêt. D’un autre coté, si on pouvait emprunter gratuitement de l’argent pour investir dans l’immobilier, tout le monde se mettrait à spéculer à la hausse. De là encore d’autres questions : qu’est ce qui nourrit le plus l’inflation des prix de l’immobilier ? la hausse de la demande, ou la part financière du prix d’acquisition de biens ?

Une question sur le terme « usure » s’impose aussi : L’usure est un taux d’intérêt supérieur au seuil légal. En France, il est égal à 1,3 fois la moyenne des taux pratiqués ailleurs et est interdit par la législation. Qu’en est il de l’islam ? A-t-on fait la distinction entre taux d’intérêt « normal » et usure ? Sur quelle base d’interprétation a-t-on rendu haram tout intérêt sur prêt ?

8. Le mardi, septembre 1 2009, 12:44 par hmida

En effet, l'aspect éthique est assez présent (du moins en apparence) dans la finance islamique!

Mais pour le reste, je crois que tout est question de définition, de mots et de jeux avec les mots!

Une banque n'est pas une entreprise philanthropique: l'important de son activité est de réaliser des profits. Le reste est à l'avenant !

9. Le mardi, septembre 1 2009, 13:23 par sami

Pour pas de mal de personnes objectifs Il n y a pas de finance islamique, mais plutôt de l'éthique islamique en finance. comme les appelations de "architecture islamique" ou "art islamique",
dans pas mal de cas, des produits purement spécultatifs, sont maquillés pour devenir de "la finance islamique".

10. Le mardi, septembre 1 2009, 15:15 par Damné de la terre

Un intérêt: favoriser une économie communautaire (Halal, Finance Islamique...). D'autres l'ont fait avant les Musulmans et cela non seulement leur réussit très bien, mais leur confère aussi un avantage certain.

Larbi, et si les Musulmans décident enfin de choisir la voie de la solidarité?

11. Le mardi, septembre 1 2009, 15:47 par Simpldespry

Eh oui mon cher Larbix, il y a bel et bien un village d'irréductibles musulmans qui résiste encore :-D
J'en ai déjà parlé au tout début de la crise ici : http://reflexblog.filambda.com/2008...

12. Le mardi, septembre 1 2009, 16:14 par Halal

Salam,

La finance islamique est en plein essor surtout en Europe.

Brahim.

13. Le mardi, septembre 1 2009, 16:42 par ahmedaddoukkali dit "lautiste"

je me demande pourquoi l'auteur du billet a éprouvé le besoin de faire cette conclusion, ma ma7alloha minal i3rab ?:

"Bonne lecture et une fois tout assimilé, revenez pour prononcer la profession de foi de l’Islam. Et paix sur ceux qui suivent la bonne guidance :) ",
est-ce pour faire de l'esprit ou pour exprimer du mépris envers l'Islam, comme à son accoutumée quand il s'agit de cette Religion ??
dans tous les cas de figure, c'est de "l'humour" bien déplacé ou plutôt mal placé puisque l'on parle de banques dites "islamiques" dont la majorité de musulmans ignorent jusqu'à l'existence, et n'ont donc nullement besoin d'y avoir un compte pour renouveler leur procession de FOI...
lorsqu'on parle de "sous", il n'y a pas lieu de chercher des dessous de midi à quartorze heures, ils sont sont tout aussi simplement flagrants: la quête d'intérêts sonnants et trébuchants, ce qui est bien humain, "somme toute"...

14. Le mardi, septembre 1 2009, 16:57 par lixy

Je demande a voir la viabilite de ces institutions lorsque les pays derriere n'ont pas (plus) de petrole.

</mode cynique>

15. Le mardi, septembre 1 2009, 17:42 par M///

je ne saisis pas trop non plus pourquoi a chaque fois "charia islamique" est précédée de "chérie" ?? aurais tu honte Larbi de ton identité musulmane ? pour en parler dans ce style neutre , ironique et tout juste informatif ?

16. Le mardi, septembre 1 2009, 17:48 par Abdel

J'ai lu la même démo , pour ceux qui sont pour l'installation de ce Halal au Maroc, voilà quelques temps , pour les prêts pour les moutons de l'aid El kébir au Maroc. Il n'y a pas de taux d'interêt, il n'y a que des frais ! . Renommer les chose, ça les rend Halal.

17. Le mardi, septembre 1 2009, 17:52 par Larbi

@Le Penseur : cette nuance m’échappe également. En finance islamique tu restes propriétaire de ton appartement si tu en défaut de paiement on peut te forcer à le vendre et le prix de la vente rembourse la banque. En classique c’est la banque qui saisit le bien immobilier et le vend puisqu’il est hypothéqué. Je ne suis pas sûr que c’est la bonne interprétation mais c’est ce que j’ai compris.

@yahia : je suis au courant du burkini. Mais je sais que tu voulais dire autre chose qui malheureusement m’échappe

@Aïsha Q. : il parait que les produits islamiques proposées par les banques marocaines ne marchent pas car les Marocains préférerait contracter un prêt classique sans prise de têt d’autant plus que pour des raisons fiscales il est moins cher. Même ceux qui réclament à tout bout de champ des banques islamiques hésitent.
Pour le retail, c’est également une affaire de culture et de consommation. Au proche orient ca fait partie un peu du paysage. Au Maghreb les gens ont toujours grandis avec des banques commerciales classiques.

@Omar : Je ne crois pas qu’il faut un profil de théologien. C’est juste une affaire de contrôle de conformité par rapport à une charte islamique (qui est presque la même pour toute les banques). Est-ce que le produit X répond à l’exigence, l’exigence 2 et l’exigence3… Je parle des produits standards pour ce qui des produits type investissement boursier je crois en effet qu’il faut un mix entre les deux pour arbitrer dans les choix d’investissements.

@e-Energumene : je crois sincèrement et sans préjugés que le débat sur les nuances et le fait qu’il soit masqué ou non est un débat de fonds. En ce qui concerne les prêts genre immobilier : les opérations financières sont les mêmes se sont juste leurs mécanismes qui différent et la façon de les présenter. Pour les investissements je crois qu’il y a une différence : la finance islamique n’investis pas dans tous les secteurs économiques par exemple.

@Réda Chraïbi : je ne suis pas loin de partager de ton avis comme je viens de le dire à @e-Energumene . A l’exception bien sûr des investissements et placement qui sont eux bien différents puisqu’ils évitent des secteurs économiques particulier et privilégient des arbitrages plus conformes à la religion.
On est dans la frontière entre religion et finance et la manière de présenter un produit fait aussi partie du deal pour répondre aux exigences des clients qui sont bien souvent faites avec beaucoup de convictions et très peu de raison.

@hmida : à une chose prés : une banque peut proposer à ces clients des placements et des investissements plus respectueux de leurs convictions et en faire des profits. Si la nuance est discutable pour la banque de détail , elle est réelle pour la banque d’investissement

@sami : ca se respecte même si c’est un peu sévère (le caractère forcément spéculatifs reste à démontrer).

@Simpldespry : t'es en avances sur moi :-)

@Damné de la terre : je préfère les unions économiques basées sur des critères géographiques à celles basées sur la religion. Elles sont plus réalistes et réalisables. Le Pakistan ou l’Indonésie n’ont pas grande chose de commun avec le Maroc ou la Tunisie.

@ ahmedaddoukkali dit "lautiste" : merci pour la pause humour.
PS : Il va de soi et sans dire que personne n’est convoqué ici pour faire une quelconque profession de foi, c’est du second degré et même un élève de tta7diri l’aurait relevé sans en faire un plat.

@lixy : oui ces institutions ont le grand avantage concurrentiel d’être parfois dotées par les Etats. Pas de souci de solvabilité ni d’exigence en fonds propres . C’est aussi pour cela qu’elles peinent à s’installer aux pays du Maghreb ou les Etats sont très réticents.

@M/// : de temps en temps je me permets ce genre de libertés de style. Parce que j’adore.

@Abdel : Parfois c’est juste renommer les choses parfois non. On est ici dans le domaine de conviction. Après tout quelle est la différence entre une viande hallal ou casher et une viande achetée à Monoprix ? le rite qui n’est pas toujours une affaire de raison.

18. Le mardi, septembre 1 2009, 18:33 par Abdel

@larbi: "...le rite qui n’est pas toujours une affaire de raison."
Sauf si on fait passer le renommage pour respecter le rite ( une sorte de générique). Pour peu, toutefois, que les imams ou Rabin se portent garants pour les plus récalcitrants. Mais pas toujours nécessaires : "Houma li iddou etteklide" . La finance tout comme tous commerçants qui se "respectent" n'en ont cure de "Etteklide". L'ironie du ton se justifie alors !

19. Le mardi, septembre 1 2009, 18:53 par fouad

les dirigeants marocains continuent de refuser la finance islamique, bien que cela représente des investissements très importants ( 10 ou 100 fois le montant de tous les riads achetés au maroc par des étrangers ). en plus ce sont des investissements respectueux et responsables.
ce refus à l’heure ou tout est permis au royaume s’explique par la peur à tout ce qui touche à l’islam venu de l’étranger dont le Chiisme ( peut etre ce régime confond Chiisme et finance islamique ).

refuser la finance islamique ( que l’occident a accepté il y a des décennies ) et dire bienvenue aux établissements de la débauche, explique que ce régime ne cherche en quelques sortes qu’à prostituer le maroc.

20. Le mardi, septembre 1 2009, 18:54 par Aïsha Q.

Merci pour la réponse détaillée Larbi. J'ai toujours pensé que les Marocains, malgré les prescriptions religieuses, étaient plus prédisposés à l'ultralibéralisme que ses propres inventeurs...en attendant, le dernier Septembre Noir!

21. Le mardi, septembre 1 2009, 19:35 par ahmedaddoukkali dit "lautiste"

@ larbi : de rien et sans façon...sauf que tu devrais descendre un peu plus sur terre...
justement, on a l'impression d'être "convoqué" chez toi, pour faire profession de quelque chose, la preuve cette distribution de bons et de mauvais points, aux intervenants, faite du haut de ton perchoir...
alors pour toi, il suffit d'avoir le niveau du "ta7diri" pour comprendre tes grandes analyses des problèmes qui secouent le monde et particulièrement le Maroc, piètre opinion que tu as de tes propres billets,
quant aux "plats" , tu devrais apprendre à avaler même ceux qui te semblent amers...c'est souvent vivifiant...
enfin , tout ce billet est truffé de dérision pour les l'Islam, les musulmans et les musulmanes, et je te cite quelques exemples tirés de ton propre billet:
--"ma chérie Charia Islamique",
--"faut bien croûter mon frère",
--"Oui... on est dans le réel ma p’tite dame ! d’ailleurs où est ta Burqa ispice di counass? )...
-- sans oublier le feu d'artifices final: Bonne lecture et une fois tout assimilé, revenez pour prononcer la profession de foi de l’Islam. Et paix sur ceux qui suivent la bonne guidance :) "
ce si n'est pas une profession de foi ça ???!! ou du moins ta profession de foi, alors je retournerais à la maternelle...c'est ce genre de nuances qu'il y a lieu de relever, quant au contenu le plus consistant du billet, ce ne sont que des citations ou des références aux autres...
mais est-ce étonnant de la part de quelqu'un qui veut inculquer à nos enfants, notamment ceux du "ta7diri", comment apprendre le code de la route de façon pornographique ??!!
ps: j'espère que cette réponse ne sera pas censurée, par quelqu'un qui se déclare et se targue d'être un champion de la liberté d'expression...à moins que ce soit une liberté conditionnelle et sélective...

22. Le mardi, septembre 1 2009, 20:14 par Simplespry

La FI (finance islamique) est encore très incompréhensible car elle ne fait malheureusement pas l'objet de recherche poussées de la part d'économistes ayant le souci de l'éthique islamique. ça reste un ensemble de règles globales mais lorsqu'on va au détail, il subsiste beaucoup de lacunes
Moi je vois a banque islamique non pas comme un établissement de crédits mais plutôt comme un investisseur à part entière qui S'ASSOCIE à son client dans son projet d'entreprise (donc partage de profit et de perte), VEND des immeubles par paiement échelonné, FRUCTIFIE les épargnes de ses clients à travers des investissements rentables
Bien évidemment ce type de banque est passible de perte et de faillite ce qui est très normale pour toute entreprise à caractère commerciale et c'est justement ce qui lui confère le label HALAL. Ce qui n'est visiblement pas le cas de nos banques actuelles qui ne peuvent en aucun cas tomber dans la perte
La différence entre le Riba (qui est Hararm) est les transaction Halal est souvent difficile à déceler et dans le Coran on lit ".. ils ont affirmé que la commerce est identique au riba. Or Allah a permit le commerce mais pas le riba.." par exemple : si la banque vous VEND un bien avec paiement mensuel et qu'elle vous facture un prix plus élevé de ce que vous auriez payé comptant, c'est tout-à-fait licite. Par contre, si elle vous EMPRUNTE le même montant (qui inclut capital + intérêts) pour acheter le même bien, alors cette fois c'est haram
Pour ce qui est des offres "alternatives" des banques marocaines, je n'ai aucune idée sur ce que c'est.. mais, jusqu'à preuve du contraire, je suis prêt à parier que ce n'est pas conforme à la charia

23. Le mardi, septembre 1 2009, 21:34 par lixy

@lautiste:

Qu'est ce que tu est parano! Tu me rappele un peu ces Juifs qui crient antisemitisme a tout bout de champ.

@Simpldespry:

L'usure n'est pas un concept qui naquit avec l'Islam. Ca lui est bien anterieur, et jusqu'au 17eme siecle il etait inconcevable de vivre d'usure sans vivre en marge de la societe (sans vouloir faire de fixation, je reviens aux Juifs comme exemple qui se mettaient sur des bancs - banci - a Venise pour preter des sous). Tout ca, parce que le clerge avait une emprise importante sur la societe civile. Mais ca n'a heureusement pas dure longtemps...

Le probleme au Maroc n'est pas tant le cote haram du secteur bancaire que le cartel qu'il forme et qui ne beneficie pas vraiment au consomateur.

24. Le mardi, septembre 1 2009, 23:39 par 5estrellas

Le mot d’introduction de M. Jean Arthuis, président de la commission des finances du Sénat Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Née dans les années 70, la finance islamique a pour but de développer des services bancaires et des pro-duits financiers compatibles avec les prescriptions dela loi coranique. Acteur peu connu de la finance mondiale il y a en-core quelques années, la finance islamique connaîtaujourd’hui un développement appelé à perdurer auregard, notamment, des liquidités actuellement pré-sentes dans un certain nombre de pays musulmans, etde la forte demande pour des produits compatibles avec la Charia.Cette croissance suscite un vif intérêt, y compris enEurope, où plusieurs pays s’interrogent sur la ma-nière d’intégrer cette finance alternative aux cotés des activités conventionnelles. Le Royaume Uni fait figure de proue sur ce sujet depuis 2004, en propo-sant à la communauté musulmane une offre de servi-ces adaptée, et en faisant de la City la place euro-péenne de référence en matière de finance islamique. Suite à son rapport d’information sur « Le nouvel« âge d’or » des fonds souverains au Moyen-Orient »d’octobre 2007, dont une partie était consacrée à lafinance islamique, la commission des finances duSénat souhaite apprécier l’opportunité et les modali-tés pour la France de s’insérer sur ce marché enplein essor. Dans cette perspective, nous serons particulièrementattentifs aux échanges et aux propositions qui se dé-gageront de ces tables rondes réunissant experts etprofessionnels reconnus.

25. Le mercredi, septembre 2 2009, 00:03 par alibaba

C’est quoi les produits islamiques ?

Les produits islamiques reposent sur le partage des risques entre la banque et son client.
On distingue plusieurs variantes pour ce type de produit :.
- Le produit Moudharaba : la banque finance entièrement l'entrepreneur et partage les bénéfices (s'il y en a) avec lui selon unpourcentage fixé à la signature du contrat. La banque prend à son entière charge les pertes éventuelles.

- Le produit Mousharaka : la banque agit dans ce type de contrat comme un actionnaire, profits et pertes étant partagés entre elle et l'emprunteur.

- Le produit Mourabaha : la banque acquiert une marchandise pour le compte de son client, moyennant une marge bénéficiaire fixée à la signature du contrat. Le banque transfère la propriété de la marchandise à son client une fois qu'il en a payé le prix ainsi que la marge fixée à la signature.

- L'ijara : la banque achète un article pour le client et le lui loue pendant une certaine période.
- L'ijara-wa iqtina : est une location avec option d'achat.

Les initiés diront que, par certains aspects, les produits islamiques s’apparentent au leasing (mobilier et immobilier) et, par d’autres, ces produits font penser au capital risque.

La problématique au Maroc ….c’est que les banques islamiques n’entreraient dans le champ de la loi bancaire.
Elles échapperaient donc au contrôle du régulateur (BAM) notamment en matière de respect des règles prudentielles (Bâle II etc….

C’est en partie pour cela que M. Abdellatif Jouahri, Wali de BAM, est réticent à l’installation des Banques islamiques au Maroc.

Oua Allahou Aalam

26. Le mercredi, septembre 2 2009, 00:08 par ahmedaddoukkali dit "lautiste"

@lixy,
les juifs ont raison de crier "antisémitisme" à tout bout de champ, parce qu'ils ont traversé une des plus douloureuses expériences de l'humanité, en plus de celles que rapporte l'histoire antique, avec les pharaons en particulier, ne crois pas que ne je ne compatis pas...
d'ailleurs j'ai été très heureux de voir à la télé, un mouvement créé et conduit par un Rabbin d'origine marocaine, en France, mouvement qui se prénomme je crois "aller vers l'autre" à laquelle je souhaite plein succès
toutefois je parle ici des vrais juifs et non pas des sionistes ou apprentis-sionistes que justement les banques islamiques dérangent,
je sais que ton plus cher rêve est que les musulmans vivent la même expérience en plus douloureux, comme ce qu'ils subissent actuellement ne te suffise pas...
mais tu ferais bien de me lâcher les basquettes, on s'est assez "saoulé" mutuellement ailleurs,
ou bien tu sais quoi?: pourquoi, toi qui hantes presque tous les blogs marocains, tu ne créérais pas ton propre blog , comme ça on pourrait te rendre la politesse...

27. Le mercredi, septembre 2 2009, 03:14 par Khaled

Finance islamique = Marketing

28. Le mercredi, septembre 2 2009, 03:16 par Khaled

Une petite question bba Larbi, est ce que finance islamique veut dire finance halal ?

29. Le mercredi, septembre 2 2009, 16:51 par sami

@Aicha: question pertinente surtout dans un pays disposant du titre de commandeur de croyants !!

30. Le mercredi, septembre 2 2009, 22:15 par omomona

Merci Larbi pour cet excellent billet. Ca faisait un moment que je devais me documenter sur ce sujet et grâce à toi j'en sais un peu plus. Une personne de ma famille m'avait dit récemment que le crédit des banques (classiques) était haram... il parait qu'au Maroc le débat est lancé dans les classes populaires mais vu la complexité du système des finances islamiques il serait "presque" impossible d'expliquer au commun des mortels les spécificités de ce système...

La question est reste posée comme la pose @Khaled, est-ce que finance islamique signifie finance halal?

31. Le mercredi, septembre 2 2009, 22:24 par Imane de Benslimane

tout ca est bien beau, mais on m'a rapporté que tu as joué au rappoteur et c'est mal. Quelle race... sale...

32. Le jeudi, septembre 3 2009, 00:10 par Damné de la terre

@Larbi, vous dites : "Le Pakistan ou l’Indonésie n’ont pas grande chose de commun avec le Maroc ou la Tunisie". Je vous répondrais simplement qu'ils ont en commun l'essentiel, une civilisation qui représente autre chose que la pratique religieuse qui, elle, relève du domaine privé, de l'individuel.

L'économie casher s'est développée partout, c'est l'exemple à suivre. Finance musulmane, produits halal..., considérons tout cela comme de nouvelles opportunités pour nous autres "damnés de la terre", et surtout investissons ces nouveaux marchés avant que d'autres ne les accaparent.

33. Le jeudi, septembre 3 2009, 14:44 par MG

Dans la logique de l’enclave et de la pensée figée, c’est encore un voile qui s’ajoute aux autres, voiler le visage, le regard, le sourire, l’esprit et dans la foulée les objets et même les institutions.
S’agissant de la banque, ce n’est pas une innovation dans le monde des finances mais juste un voile de plus pour uniformiser le paysage !

34. Le mercredi, septembre 16 2009, 15:47 par *****
Supprime a la demande du commentateur
35. Le mercredi, septembre 16 2009, 17:44 par interéssé

salam, je voudrais savoir la source de ces informations, car je suis interéssé par ce sujet, et je compte faire une recherche, si vous d'autres documents qui concernent le même sujet, j'aimerais bien les avoir, allah ijazik bikhir, salam

36. Le jeudi, septembre 17 2009, 16:06 par *****
Supprime a la demande du commentateur

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.larbi.org/trackback/819

Fil des commentaires de ce billet