On n’a jamais autant parlé de Davos. Grâce au coup de gueule, merveilleux salutaire et lucide, du Premier ministre turc. 

Du coup on se trouve devant un dilemme : entre Recep Tayyip Erdogan et Hugo Rafael Chávez , qui introniser président de la Ligue Arabe ? Vite, un débat pour départager les deux leaders arabes. A moins que le troisième homme, l’irakien Mountazer Al Zaïdi, décroche le poste à la surprise générale. 

Bizarre… on n’a pas entendu parler des personnalités publiques marocaines présentes dans le sommet. Pourtant dans la catégorie « Public Figures », la délégation marocaine était la troisième en nombre. Seuls les USA et la GB ont envoyé plus de personnalités publiques, mais promis l’année prochaine on fera mieux. On doit cet exploit au fait que la plupart des pays du monde se font discrets. Ils préfèrent ne pas s’afficher avec les théoriciens du capitalisme mondial qui ont mené la planète au chaos économique. 

Crise financière mondiale oblige, les festivités ont été réduites au minimum. Et les manifestations anti-Davos ont gagné en activité. La police suisse a bien bossé paraît-il.

La soirée de Google a été annulée ? Celle de Goldman Sachs aussi ? Ne paniquez pas, c’est le Royaume du Maroc qui régale. Il a mis la main au chéquier pour organiser la soirée du samedi soir, habituellement organisée par un pays, qui clôture la grand-messe du capitalisme.

Ah les braves gens de Davos ! Croisons les doigts et espérons qu’ils nous récompensent pour services rendus. Il y a trois mois, ils nous avaient rétrogradés de 9 places dans le dernier classement Davos sur la compétitivité 2008-2009. Franchement quand on est bien élevé, on ne doit pas être ingrat. Entre gens de la High Society on se rend service, hein !