L} ntFileName}} ( B)">

Commentaires

1. Le mercredi, novembre 12 2008, 16:27 par Ibn Kafka

Ca aurait pu être pire, vu les versions récentes largement diffusées sur ce qu'il aurait écrit en plus du slogan à la gloire du Barça. Il faut néanmoins enr evenir à une réforme de fond de l'article 41 du Code de la presse, selon ce qui avait été proposé sur le groupe Facebook consacré à Yassine: pas de poursuites sans une demande formelle en ce sens du Palais (directeur du cabinet royal ou chef du protocole, à déterminer).

2. Le mercredi, novembre 12 2008, 16:47 par Angel

« Contredire « Sa Majesté », contester ses mesures ou s’opposer à ses décisions, est un crime de lèse-Majesté justiciable, comme on vient de le voir ces dernières mois avec l’affaire de blogueur Erraji, l’affaire de l’édito Telquel, l’affaire des caricatures de Ali Lmrabet, l’affaire des critiques de Boubker Jamai…

Considérée la sacrée suprême par la constitution médiévale, au-dessus des deux autres symboles du Royaume chérifien, Allah (Dieu) et Alwatan (la Patrie), la personne du roi est au-dessus de toute critique, caricature, blague et de tout reproche, inviolable comme on vient de le voir avec cette ridicule affaire Barça de cet ado Bellassal !

Dans un pays où tout, absolument tout, dépend du bon vouloir et du bon plaisir d’un seul individu, le roi, ce dernier ne peut pourtant être tenu responsable, ni politiquement, ni militairement, ni économiquement, ni socialement, ni juridiquement et encore moins pénalement, d’aucune mauvaise décision qu’il pourrait prendre ou mettre en oeuvre. »

Le Makhzen est l’unique système moyenâgeux de servitude qui résiste encore

Au XXI siècle, à l’ère de la mondialisation et de la révolution des technologies de l’information et de la communication, le système monarchique marocain reste l’unique système moyenâgeux et archaïque sur la planète Terre. Exceptées les pétro-monarchies arabo-tribales du Golfe.

Ce système monarchique moyenâgeux qui s’accapare tous les pouvoirs exécutifs inimaginables est basé sur une irresponsabilité et une impunité poussées jusqu’à la caricature. L’omnipotent et tout-puissant roi qui dispose de pouvoirs illimités ne pourrait pourtant, en aucun cas, être tenu responsable de possibles graves conséquences qui pourraient découler de ses initiatives et décisions. Le roi tout en concentrant l’essentiel des pouvoirs entre ses mains est assuré, en toute circonstance, quoi qu’il fasse, d’une impunité absolue.

L’organisation Makhzen qui enveloppe le Royaume dans sa méticuleuse, subtile et complexe toile d’araignée a réussi, du moins jusqu’ici, en usant, tantôt, de la force brute, tantôt, de la ruse, ou en les combinant, à pérenniser ce qui a tout l’air d’être un véritable système royal de servitude volontaire qui écrase, depuis des siècles, de tout son poids et de sa morgue, les malheureux (ses) et infortunés (es) habitants de ce pays, au moins ceux des régions dites du Makhzen proches des médinas placées sous son autorité théocratique.

Mais la question récurrente qui revient dans la plupart des interrogations est : qui sont les raisons qui ont permis (qui permettent toujours) à ce système anachronique de se maintenir ? alors que partout ailleurs, à la faveur de la fin de la guerre froide et de la chute du mur de Berlin, toutes les dictatures semblables, ou presque semblables, ont été balayées et emportées soit par la colère populaire sous la pression de la rue, ou se sont effondrées d’elles-mêmes sous la pression de la communauté internationale ou de la conjugaison des deux facteurs.

Et pourtant, si les Marocains (-nes) peinent (toujours) à trouver les moyens de se délivrer de la servitude moyenâgeuse qui les terrasse et les déshumanise à titre individuel et collectif, s’ils n’ont pas réussi à éliminer ce système monarchique, il faut reconnaître, par honnêteté, y insister, que ce n’est pas faute d’avoir essayé et encore moins par manque de courage, de détermination ou d’irrésistible envie d’y arriver. Les incessantes luttes sociales livrées, tout au long des dernières décennies, par les citoyens (-nes) marocains dans les différentes villes, villages et douars du Royaume, montrent, s’il en est besoin, que le peuple marocain a tout, ou presque tout, tenté pour se débarrasser de ce Makhzen et de ses symboles honnis.

Pour reconquérir leur liberté et retrouver leur dignité de citoyens, le peuple marocain et ses forces vives n’ont reculé devant aucun pari ou défi aussi insensé soit-il, n’ont négligé aucune possibilité ou moyen susceptible de leur permettre d’abattre ce système et de s’extraire de l’emprise de son Makhzen: les coups d’État, les soulèvements populaires tantôt spontanés, tantôt organisés, les émeutes, les grèves, les sit-in, etc... Mais rien n’y fait. Après chaque épreuve, le système s’est senti plus fort et l’appareil du Makhzen plus puissant et plus redoutable qu’il ne l’était.

Pour tenter de répondre à cette question, nous devons plutôt faire appel à l’histoire récente et plus précisément aux considérations d’ordre géopolitique qui ont sous-tendu la présence coloniale française en Afrique du Nord. Présence, qui, bien qu’elle ait été amputée, au terme de la décolonisation, de sa dimension militaire, pesante et visible, n’en est pas moins restée, même après les indépendances des pays du Maghreb, une question d’une brûlante actualité qui n’a jamais été fermée ni définitivement résolue. Et ce, ne serait-ce que par la France officielle et ses puissants relais occultes ne se sont jamais « réellement » résolus, par nostalgie, ou par intérêts, à tourner cette page pourtant peu glorieuse de l’histoire de l’Hexagone.

En clair, si la France a été amenée à limiter officiellement, forcée et contrainte, sa présence militaire et administrative, il n’empêche que dans la réalité elle ne s’est jamais réellement départie de la certitude et de la conviction « intimes » que cette colonie appelée Maroc créée par Lyautey, son destin devrait rester toujours dicté et guidé par Paris. Cette donnée est essentielle pour quiconque voudrait comprendre aussi bien la longévité du régime monarchique marocain que ses aptitudes et capacités, à l’exception de toutes les autres dictatures, à absorber les chocs consécutifs aux bouleversements mondiaux intervenus à la faveur de la guerre froide.

Une fois comprise cette donnée fondamentale et intégrée à l’analyse, l’on pourrait, sans grande peine, comprendre les raisons qui sous-tendent l’alliance contre nature, entre la République française, le pays de la liberté et de la démocratie, patrie des droits de l’homme, et le Makhzen, le pays de la servitude, de la féodalité et de la tyrannie, symbolisé par cette monarchie archaïque et moyenâgeuse.

3. Le mercredi, novembre 12 2008, 18:15 par lixy

Entre un systeme judiciaire qui rend des jugement pareil, un monarque qui laisse ce genre d'abus se faire en son nom (en supposant qu'il soit veritablement anime par des sentiments de compassion, progressionisme, democratie, etc.) et un peuple qui tolere tout cela, je ne sais qui est le pire.

Quoi qu'il en soit, il n'y a pas de quoi etre fier.

4. Le mercredi, novembre 12 2008, 19:48 par une marocaine

C'est révoltant à en pleurer...

5. Le vendredi, novembre 14 2008, 01:27 par Humains VS Bétaille

En voulant blaguer,et sans se rendre compte,Yassine Belaassel a écopé d'un an de prison. Pendant ce temps les humoristes et les comedians américains se plaignent du départ de G.walker Bush qui les a longtemps inspirés pour blaguer.J'avoue qu'il ne faut pas comparer l'incomparable:il ya des humains et il ya du bétaille.

6. Le dimanche, novembre 30 2008, 11:43 par Doukkali

Liberté, égalité, fraternité. Voilà le mieux des slogans, voilà ma devise unique moi aussi le marocain, méme au Maroc.
Je suis adepte de la révolution des droits de l'homme, la révolution qui a promulgué les droits de l'homme et du citoyen.

7. Le mardi, février 3 2009, 21:40 par REALI

il parait qu'Angel débite n'importe quoi sur cette affaire...il(ou elle) en lançant une diatribe contre le "maghzen" en se basant sur ce qu'il(elle) a entendu parler et non sur ce qu'il(elle)doit senser comprendre...En fait, il ne s'agit ps d'un crime de lèse- majesté ....il s'agit plutôt d'un "délit" commis contre les symboles de la nation marocaine(tte nation en a... faut il le rappeler?) Que pense Angel de la réaction
de Mme MAlliot Marie face au comportement "anti-marseillaise"'du public au Parc des Princes....
J'aime bien l'enthousiasme de yassine pour le Barça..mais je ss désolé pr lui...moi je ss REALI...et cela depuis fort longtemps

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.larbi.org/trackback/675

Fil des commentaires de ce billet