L} ntFileName}} ( B)">

Commentaires

1. Le lundi, août 11 2008, 15:48 par Omar

Moula Ahmed Alaoui is back! Il ne manque plus que des majuscules partout dans le texte pour croire que c'est lui...
Il ne faut pas rêver. Cela ressemble bel et bien à un édito inspiré par des Hautes Instructions Makhzaniennes.
Par contre c'est plutot le coté "Viva la Revolucion!" qui m'étonne dans cet article...

2. Le lundi, août 11 2008, 15:51 par Ibn Kafka

Question subsidiaire: Ils sont pour tous les putschs ou seulement ceux en Mauritanie?

3. Le lundi, août 11 2008, 15:53 par Ibn Kafka

Esprit d'escalier: la morale de l'histoire selon Le Matin c'est "n'élisez pas vos chefs de l'Etat, ça n'apporte que des ennuis"...

4. Le lundi, août 11 2008, 16:36 par Antrollpologue

Lorsque les journalistes du Matin jouent aux "révolutionnaires apprentis", ça ne leur va pas du tout !
En revanche, caresser dans le sens du poil, selon les opportunités, ça, il savent très bien le faire, il en ont même fait un métier, et travaillent à l'abri de toute concurrence.
Et c'est pour ca que le Matin est "number one", n'est ce pas ?

5. Le lundi, août 11 2008, 19:15 par Emomo

Plutôt intéressante comme bourde. Les journalistes du Matin auraient dû couvrir l'évènement d'une façon neutre. Ce qui se passe ne concerne que le Mauritaniens entre eux et ils devaient régler leurs problèmes par la discussion et non le putsch bis. D'après ce que j'ai entendu, la Mauritanie a été gelée (ou suspendue, je ne sais pas) en tant que membre de l'Union Africaine et la Ligue Arabe envoie des émissaires.
Et si la situation s'inverse ? Je suis curieux de savoir la réaction des journalistes.

6. Le lundi, août 11 2008, 19:38 par alibaba

Manifestement, les gens du Matin ignorent ce que signifie l’expression : "balayer devant sa porte".

7. Le lundi, août 11 2008, 23:17 par hmida

Le Matin - depuis que c'était LE PETIT MAROCAIN - est un journal capable de pouvoir tenir sa ligne éditoriale contre vents et marées : être toujours du côté de celui qui est au pouvoir, ici et ailleurs....Il n'y a pas de quoi s'étonner....

8. Le mardi, août 12 2008, 02:05 par Ayoub

Sachant que le leader du putsh est lauréat de l'Académie Royale militaire de Meknès, sachant que ce même leader a occupé le poste d'ambassadeur personnel du président tombé auprès de SM le Roi du Maroc, Sachant que Le Matin a été toujours plus makhzénienne que le makhzen.... je vous laisse conclure....

9. Le mardi, août 12 2008, 06:40 par Antrollpologue

@Hmida
Lorsque le colonisateur avait plié ses bagages en 1956, il avait laissé un terrain vierge. Nombreux sont ceux qui ont en profité pour s’enrichir.
Les marocains, dignes de ce nom, avaient refusé de s’enrichir sur la base de propriété préalablement volées ou développées sur la base d’une expropriation.
Que reste-il de tout cela ?
Des opportunistes à la con, qu’ils travaillent pour le Matin ou pour Almasae.
Des opportunistes à la con, qu’ils travaillent pour Attijariwafabank, BMCE Bank ou la CDG.
Pour résumer,
Nous avons adhéré au monde moderne, sans nous être débarrassés d’un fardeau énorme, qui dure depuis quelques siècles : celui de la servitude.
Lorsque je croise un mendiant ou une mendiante dans la rue, je ne fuis pas son regard, mais je ne lui donne rien ! Car je vois en lui ou en elle l’héritage de quelques siècles de gouvernance Alaouite, telle que Moulay Ismail l’avait conçu a son époque, entouré de ses Oulemas.
S’il s’agit d’évoquer le PETIT MAREOCAIN, les journalistes du Matin ne représentent qu’un échantillon de merdeux, assis sur un fauteuil qui leur a été offert par les résistants marocains de Casablanca et d’ailleurs.

A leur place, j’aurais honte d’exister !

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.larbi.org/trackback/619

Fil des commentaires de ce billet