Je sais. Le titre de ce billet vous trouble un peu et vous perturbe. Au nom de la pureté que de crimes commis et que de sang versé.



Toujours est-il que, à mesure que la campagne présidentielle avance, les déclarations martiales se succèdent : Nation, République, identité, symboles, patriotisme… et on en passe ! Va savoir pourquoi, mais le dernier truc à la mode, c’est exhiber le drapeau tricolore, apprendre la Marseillaise par cœur et la chanter. Cela vaut un programme !

La Marseillaise, j’ai rien contre, mais je suis pas sûr que son contenu guerrier soit adapté aux enfants. Imaginez un môme à qui l’on fait chanter : « Ils viennent jusque dans vos bras / Egorger vos fils, vos compagnes ! Aux armes, citoyens, Formez vos bataillons, Marchons, marchons ! Qu’un sang impur Abreuve nos sillons ! » . Moi je trouve que le Monsieur qui a écrit ces lignes y va quand même un peu fort là.

Il faudrait qu’ils se calment un peu les candidats. Et pour se calmer rien ne vaut un bon morceau du brave Georges Brassens :
 
Le jour du Quatorze Juillet
Je reste dans mon lit douillet.
La musique qui marche au pas,
Cela ne me regarde pas.
Je ne fais pourtant de tort à personne,
En n’écoutant pas le clairon qui sonne.
Mais les braves gens n’aiment pas que
L’on suive une autre route qu’eux,
Non les braves gens n’aiment pas que
L’on suive une autre route qu’eux,
Tout le monde me montre du doigt
Sauf les manchots, ça va de soi.
Nota Bene : La marseillaise c’est une idée de la candidate socialiste… c’est juste du Ségolène, de la rigolade, quoi… la photo c’est du Monsieur qui veut changer de trottoir.