C’est évidemment l’idée en vogue : Il faut voter aux prochains élections législatives marocaines. Gare à l’abstention, piège à cons.

La porte étendard de cette mobilisation est l’association 2007 Daba qui fait, il faut le reconnaître, un effort civique louable. Contrairement à Doktorix et à mooonlight, l’édito de ARB me plait assez bien. Je ne vais pas me répéter sur l’architecture institutionnelle du pays qui fait que le Roi règne et gouverne tout en concentrant l’essentiel des pouvoirs si bien qu’on est en droit de se demander à quoi sert des législatives si le fait des urnes ne vaut rien devant le fait du prince. Je voudrais ici, pour compléter, évoquer deux ou trois points.

De toute évidence il y a un non dit dans l’histoire, la mobilisation des électeurs serait le meilleur moyen de contrer la victoire annoncée du PJD. Le raisonnement repose sur l’hypothèse suivante : plus les électeurs se déplaceront plus leurs voix seront portées sur d’autres partis, plus les résultats du PJD seront atténués et son sacre écarté. Moins la mobilisation sera importante plus le score du parti islamiste sera élevé.

Signalons avant toute chose ceci: On parle déjà de mobilisation des citoyens alors que les partis eux mêmes se désintéressent de la question et n’ont même pas esquivé un semblant de programme ! Après ça il ne faut pas s’étonner que les Marocains s’intéressent plus aux élections françaises . L’ordonnancement des choses est complètement chamboulé : faudrait peut être commencer par mobiliser les organisations politiques fossilisées, les décoincer et les inciter à bouger avant de passer à l’abstention des élécteurs ! Mettre quelque chose dans la marmite avant de s’inquiéter du nombre d’invités.

Mais encore. En vain j’ai cherché quelqu’un qui pourrait guider un orphelin comme moi. Je suis parmi les (rares) personnes qui ne feraient pas le choix du PJD. Ce n’est un secret pour personne, c’est un choix personnel, je n’aime pas ce parti et certains de ses militants me le rendent bien. Alors que ferait une personne dans mon cas ? Rien ou pire que rien. Se mobiliser, voter,… c’est bien sympa tout ça, mais voter pour qui ? Il me semble que c’est là la question qui se posera pour beaucoup de nos concitoyens qui ne feront pas le choix du PJD. Il ne faut pas avoir la cruauté d’accabler les gens vivant dans l’orphelinat politique ni d’essayer de transformer des élections législatives en un référendum anti-PJD ! Ca serait trop facile ! J’aimerais qu’on s’arrête un instant et qu’on se pose la question : quelle alternative au PJD s’offre aux électeurs ? S’il s’agit de l’élection des délégués de classe, on voterait pour n’importe lequel des autres, mais quel sens cela a-t-il dans la désignation de parlementaires ? Alors oui, si le vote blanc est comptabilisé, ça serait pas une mauvaise idée, ça aurait au moins le mérite de la cohérence !

Constater cela, cette indécision, que dis-je, ce désarroi, ce n’est pas encourager l’abstention. C’est un fait qu’il convient de prendre en compte. Bon bref, heureux qui, comme votre serviteur, n’aura pas à faire un choix impossible (entre le PJD et rien) parce que tout simplement il n’a pas le droit de vote aux élections marocaines ! Mais ça, c’est une autre histoire…