Hier, anniversaire combien triste, combien désolant, de l’enlèvement de Abderrahim Boualem et Abdelkrim Mouhafidi otages marocains en Irak depuis le 20 octobre 2005.

Triste anniversaire. Un an. Autant de temps volé à la vie de ces deux hommes à leurs familles et leurs proches.

Il est bien difficile de ne pas comparer la mobilisation des officiels marocains avec celles de leurs homologues français lors des récentes prises d’otage. Il est bien difficile de ne pas s’indigner de l’indifférence immorale et indigne de l’Etat marocain vis à vis du sort de ses deux ressortissants. Non, tout n’a pas été fait, tout n’a pas été tenté pour libérer Abderrahim Boualem et Abdelkrim Mouhafidi ou du moins élucider leur sort.

Malgré les rumeurs d’exécution, malgré le manque d’informations, nous devrons continuer à espérer une libération prochaine. Parce que tout simplement il n’y a pas d’autre choix possible. Jusqu’à ce que toute la lumière soit faite le sort de Abderrahim Boualem et Abdelkrim Mouhafidi, nous ne devrons pas les laisser tomber.