Le Roi l’a déchargé de ses fonctions, ainsi que d’autres responsables, parce qu’il a été cité dans une enquête sur le trafic de stupéfiants.

Les faits reprochés au présumé trafiquant de drogue remonte à la période 1996-2003 quand il était chef de la police judiciaire et de la préfecture de police de Tanger (soit avant sa nomination à la tête de la direction de la Sécurité Royale).

Sans préjuger de la suite, il s’agit là d’un précédent important qui laisse présager que les vents du changement vont enfin souffler .