L} ntFileName}} ( B)">

Commentaires

1. Le vendredi, avril 14 2006, 12:09 par supertimba

Ahah ça se voit qu'on est de la même promo chere larbi:)
Je me rappelle encore du plombant "emploi du temps": quel cauchemar c'était ce bouquin?
Plus déprimant tu meurs!Intellectuellement parlant c'était interessant mais question de plaisir de lecture rholala, j'en tremble encore!
Et oui moi aussi je l'ai redécouvert dans le monde des livres hier.

2. Le vendredi, avril 14 2006, 13:30 par nabil

et bien moi j'était scientifique et j'ai jamais connais ce monsieur Michel Butor que aujourd'huit et d'apres toi larbi. Donc les lecteurs de votre blogs viennent pas tous de monde Lettres de Balzac,najib ma7fod, Mohamed El Maghouth et Abdellatif Laâbi...

3. Le vendredi, avril 14 2006, 13:41 par Larbi

Supertimba :)
Attends il y avait pire dans le programme cette année là Je ne sais pas si tu ten souviens : il y avait une pièce de théâtre de Bertolt Brecht "dans la jungle des villes" mon Dieu mais quelle horreur cette pièce ... Personne n'y comprenait rien, une vraie séance de torture psychologique .

Pour revernir à Michel Butor le plaisir tenait à une seule phrase : Dans lemploi du temps faut considérer la ville comme un personnage à part entière et non comme un lieu. Ah si on mavait dit ça ! Je lai compris sur le tard à ma deuxième lecture quand je suis arrivé à la fin au moment ou Jacques Revel sadresse à Bleston et lui dit " nous sommes quittes" (dans le sens je me suis vengé )
Du coup jai lu une troisième fois et je me suis fait une grille de lecture : la ville de Bleston est une femme : elle se refuse à Jacques Revel , elle ne se dévoile pas complètement. Ils sont dans une relation ambiguë ni lui ni elle ne font defforts pour briser la glace. Ils se livrent à un combat de coqs et saccusent mutuellement. A la fin, lui il prend sa revanche et moi japplaudis.
Je sais pas si cétait ça lintention de lauteur mais enfin cest comme ça que jai pris du plaisir à lire le roman. Depuis chaque ville est devenue pour moi un personnage et non un lieu : il y en a des accueillantes, des charmantes, des dangereuses, des coincées, des timides .... . Bleston est une ville coincée :)

Nabil: Maintenant tu le connais lolll .... Allez cours nabil cours à la bibliothèque achète toi un michel Butor :) . Non sérieusement ce sont des histoires de goût .

4. Le vendredi, avril 14 2006, 14:05 par Almaknassi

Quoi !! Il est toujours vivant ce Michel Butor?? Je n'ai jamais entendu parler de cet écrivain jusqu'à aujourd'hui!!

PS:Asma3 a moulay,oubaraka men tidouikhine!! Dans ton article précédent tu m'a traité de Cheikh(Belarbiya oubelbendir);tous les mansajiloune et mansajilates sont témoins.Et ben!!Jma3 rassek,je vais te coller un procès en bonne uniforme pour cette diffamation.Je te forcerais à me cracher une belle canyote et toi tu seras un journaliste populaire comme Mr Boukhari et Michel Butor!!En plus on verra ta photo sur toute la blogoma et on s'en souviendra de toi dans 80 ans!!ça te vas???Kraaaakh..kikh..kikh..kikh!!Ma tkhaf ma dhach ma tgoulha l7ad;it's the big deal of the centry!!Mdrrr.Rendez vous au TPI(Tribunal de Première Instance)de lalla 3ouda (Méknès)lol.Salut et bonne journnée :)

5. Le vendredi, avril 14 2006, 15:34 par kalima

bizarre ce Butor, il nous dit qu'il saigne sur chaque phrase et en même temps il est capable d'écrire 700 pages sur une ballade de quelques mètres d'un homme ordinaire,

imaginons que Butor se mettait à vouloir raconter des histoires à la manière de Hugo, Tolstoï ou Balzac, il sera vidé le pov' de tout son sang, il faudra le transfuser plusieurs fois,

6. Le vendredi, avril 14 2006, 15:36 par Reda

Chacun ses vieux démons .Pour ma part, c'était Flaubert, Voltaire, Rousseau et cie(Orale de Français). Au moins, je suis sûr qu'ils sont morts :)

7. Le vendredi, avril 14 2006, 16:10 par monssajila

salam ;)

je ne connais pas cet auteur htta ana !
quand je te lisais hsit bwahed di9a waaaa , j'en suffoquait presque, je crois que je ne pourrais pas le lire, surtout en ce moment !

ce qui m'a frappé par contre ce sont les différentes façons de lire ce roman, ça c'est chouette : on peut imaginer que c'est une femme, un homme ou juste une situation intenable qu'on est obligés de vive et de surmonter ... là je suis prenante, j'achète ;)

des fois on visite une ville ou un quartier et on n'aime pas au delà même des critères esthétiques de l'architecture ou autre chose d'ailleurs, d'autres fois on s'y sens chez nous et éprouve un bien être et une joie incroyable malgré la poussière et la saleté ... oui chaque lieu a une âme propre à lui, je le crois aussi !

"je saigne sur chaque phrase" c'est très fort !!!
écrire dénude, écrire consume petit à petit, écrire épuise tant ... mais soulage, enchante, amuse et fortifie ...

lire et écrire sont deux faces d'une même monnaie et tous deux font plaisir

iwa howa hada ;) très bon week end à tous !!!

8. Le vendredi, avril 14 2006, 18:27 par blaise

ah..... math sup, math spé et leurs lectures... c'est vieux tout ça maintenant....
J'ai un vague souvenir d'une année sur la passion amoureuse : Tristan et Iseut, Les liaisons dangereuses..
En sup j'avais eu droit à Lucrèce : De natura rerum. et je ne sais plus quand, un certain Faust de Goethe... jamais lu quelque chose d'aussi difficile à accrocher.... snif !!!

9. Le vendredi, avril 14 2006, 18:35 par le mythe

Mon ecrivain s'appelait Ahmed Boukmakh
et je profite de l'occasion du 100% arabica pour lui rendre hommage



10. Le vendredi, avril 14 2006, 18:38 par le mythe

http://img511.imageshack.us/my.php?image=pop20lj.jpg

http://img511.imageshack.us/my.php?image=pop2bg.jpg

http://img220.imageshack.us/my.php?image=pop14cx.jpg

vive boukmakh

11. Le vendredi, avril 14 2006, 22:21 par loulouzip

il a dit aussi :

"Je n'écris pas des romans pour les vendre, mais pour obtenir une unité dans ma vie ; l'écriture est pour moi une colonne vertébrale."

et

"Chaque mot écrit est une victoire contre la mort."

et toi mon cher larbi tu a reduit ses 700 pages en 3 phrases, je pense qu'il ne va pas tarder à mourir s'il lit ton billet :P

12. Le vendredi, avril 14 2006, 22:22 par loulouzip

ps: je remarque que mr est ingenieur aussi ;)

13. Le vendredi, avril 14 2006, 22:55 par Loula

Bijour:-)

Le Mythe, yallah daba Ouklatou al batatiss:-), ah ce bon Boukmakh, j'ai encore un exemplaire.
Larbi, je me fais vieille, nous avons étudié Camus, Lamartine (Graziella), Zola, Huxley (en classe d'observation weird to read a french version).
De Butor, je n'ai lu que La Modification, un homme en voyage qui pense quitter sa femme pour sa maitresse et qui entreprend un long monologue du moins c'est ce que ma memoire a retenu (pitié pour la vielle que je suis). Mais mon champion reste et restera Camus car je me sens si proche de ce qu'il a narré et pour la simplicité du style (qui n'est pas chose aisée à faire).
Larbi, je travaille sur ta fameuse suite:-), mais patience pour la doyenne que je suis:-) qu'est ce qu'on pas faire pour toi:-)

14. Le vendredi, avril 14 2006, 23:19 par steph

Je connais cet écrivain et je savais qu'il était toujours vivant !
Sinon je n'ai jamais lu le livre dont tu parles.
Tu le racontes si bien que du coup J'ai vraiment envie de le lire.
Je l'ajoute à ma liste de choses à faire.
Quelle horreur les jours ne font que 24 H !!!
A bientôt cher Larbi.

15. Le samedi, avril 15 2006, 10:50 par sa

trop fort le mythe
pr un mythe c un mythe

Oui on ne peut trouver du plaisir à lire un livre en sachant qu'on est tenu à appendre par coeur pas mal de phrases de ce livre, surtout s'il fait 700 pages, la lecture se transforme en torture, surtout avec un prof qui ne cesse de se moquer, ah ça me rappelle des choses ça,
Pour l'écrivain, la motivation d'écrire est marquante, seulement j'aime pas trop les fictions, surtout quand elles font 700 pages !!!

16. Le samedi, avril 15 2006, 14:44 par Othman de casa

C'est pour une prise de contact..
A +

othman

17. Le dimanche, avril 16 2006, 14:22 par Bsima

Moi pas connaitre :( après je v devoir rattrapé bcp de lacunes...

18. Le dimanche, avril 16 2006, 20:37 par cyntia

Moi pas connaitre non plus..

Moi j'ai mis des photos de costumes féminins marocains caftan....

Sur :

http://le-petit-monde-de-cyntia.oldiblog.com/

Bon week end !!!

19. Le lundi, avril 17 2006, 11:43 par cyntia

Almaknassi bonjour !!j'ai répondu à ta question sur mon blog j'ai répondu à ton commentaire !!viens voir !!

http://le-petit-monde-de-cyntia.oldiblog.com/

Bonne journée !!!

20. Le lundi, décembre 18 2006, 20:32 par Nadia

Butor un écrivain qui a pu créer un laboratoire du récit. Un artiste qui reconstruit l'homme et le monde. J'ai appris a aimé la littérature en lisant Butor. Je ne sais pas pourquoi ses écrits me captivent: La Modification qui a marqué l'auteur malgré ses essais, ses poèmes, ses travaux sur de nouvelles formes d'écrire, a resté l'un des romans les plus connus et les plus intéressant. Malgré mes lectures, j'ai cru que cet écriavain est mort, ma surprise fut très grande de savoir qu'il est encore parmi nous. Peut-il encore nous inventer d'autres trésors? D'autres Degrés du littéraire, du beau, d'art... Satut! et bravo l'artiste.Mes hommages et tout mes respects.

21. Le mercredi, décembre 20 2006, 20:58 par Nadia

Butor a écrit plus de mille titres, chaque fois plus inventif, plus talentueux. Il a déclaré la mort du roman en cherchant d'autres formes capables de présenter le monde. Je me demande comment peut-on vraiment représenter le monde dans un livre? Je pense que Butor devait se poser la question avant de s'aventuer dans ses recherches... Pourtant, je confirme que c'est un grand écrivain, un mâitre des mots et des formes.

22. Le lundi, janvier 14 2008, 16:51 par momo

c'est quel exploit y réussit-il?

23. Le vendredi, mars 7 2008, 20:27 par wahiba

hhh jjj kkk

24. Le vendredi, mars 7 2008, 20:44 par Aïsha Qandisha

Bonsoir Larbi, heureuse de te retrouver. C'est pas que je ne salue pas ton combat pour Fouad, mais on peut le soutenir et rester ouvert sur le monde. Merci doublement.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.larbi.org/trackback/220

Fil des commentaires de ce billet