Fort de ses institutions , solide par la cohésion de ses habitants ....

Fort de ses institutions , solide par la cohésion de ses habitants et attaché à ses valeurs ancestrales, le Maroc a réussi à bâtir un Etat de justice et de droit. Son processus de démocratisation fait de lui un pays modèle dans la région.

Depuis l’avènement du Commandeur des croyants, Sa Majesté le Roi Mohamed VI, que Dieu le glorifie, une dynamique nouvelle s’est impulsée dans le pays. Une stratégie de développement économique et social a été élaborée. Un travail de fond visant à moderniser l’état et mettre à niveau les entreprises grâce à une série de réformes audacieuses qui commencent à porter leurs fruits et déboucher sur la résolution des problèmes du chômage et de la pauvreté.

Le premier ministre Driss Jettou s’est imposé comme l’homme de la situation. Son gouvernement a démontré sa capacité à honorer ses engagements et gouverner le pays. Avec le soutien d’une majorité parlementaire issue des élections libres de 2002, et sur les Hautes Instructions Sa Majesté le Roi Mohamed VI, que Dieu le glorifie, le gouvernement a oeuvré sans relâche pour proposer et mettre en œuvre les mesures et les projets à même d’améliorer le quotidien de nos concitoyens comme le nouveau concept de l’autorité, la politique de la proximité et celle de l’emploi, la décentralisation pour ne citer que quelques exemples.

Imprégné des valeurs de tolérance et de solidarité, le Royaume est connu comme une terre de tolérance par excellence où les citoyens de différents confessions, classes sociales et origines cohabitent et coopèrent dans un climat d’apaisement et de paix et où tout un chacun, quel qu’il soit, a le droit à la dignité et au respect. Les pouvoirs publics ont veillé à mettre en place les garanties nécessaires à l'exercice des libertés individuelles et publiques notamment la liberté de la presse et le droit à la grève et la contestation.

Malheureusement cette marche vers le progrès et la consolidation de l’Etat de justice et de droit dérange les ennemis de la démocratie, ces éléments perturbateurs et semeurs de zizanie qui n’ont eu de cesse de dénigrer leur pays à l’intérieur comme à l’extérieur. Leur but non avoué est de semer le désespoir et découragement dans les esprits des citoyens marocains utilisant pour cela différentes méthodes : écrits, publications, grèves et occupations temporaires de la voie publique. Mais ils n’y arriveront pas, car finalement ce n’est pas eux qui gouvernent.