Infographie : Le Monde, Données : Pew Research Center

Le centre de recherche américain Pew Research Center a mené des sondages d’opinion dans plusieurs pays du monde dont le Maroc où 1000 personnes ont été sondées du 6 au 16 juin. Le résultat de l’enquête, va l’encontre de certaines idées reçues et montre que les marocains sont très préoccupés par l’extrémisme islamiste.

A en croire ce sondage nous sommes 73% de marocains à estimer que «L'extrémisme islamiste est une menace dans notre pays ». Difficile d’expliquer ce chiffre élevé et d’évaluer cette prise de conscience grandissante.
Il est vrai que sur le plan international, l’image du pays a été ternie après les attentats du 11 septembre (Dont les seuls inculpés sont des Marocains) et ceux de Casablanca et de Madrid (Dont les exécutants sont aussi des Marocains). Quant à la scène intérieure rien ne laisse croire que les principaux mouvements islamistes, attachés au pacifisme et reconnus comme tel, inspirent crainte. Ou alors, hypothèse peu probable mais pas impossible, nos concitoyens expriment leur appréhension vis-à-vis du projet liberticide de ces mouvements. L’existence de groupuscules islamistes très violents sur le sol marocain et déjà impliqués dans des opérations d’assassinat et de violence est aussi un élément à prendre en compte.
La réponse à cette première question prend un relief particulier quand on la compare avec celle des Jordaniens. Alors que trois quarts des citoyens du Royaume Chérifien estiment que l’extrémisme islamiste menace le Maroc, seuls 10% des ressortissants du Royaume Hachémite pensent que c’est le cas dans leur pays !

L’évolution de l’opinion publique marocaine est encore plus spectaculaire concernant les attaques-suicides. Nous sommes désormais 79% à estimer que « les attaques-suicides et autres formes de violence visant des cibles civiles ne sont jamais justifiées ». Nous étions 38% seulement à le penser l’année dernière. Là aussi il est difficile de connaître les raisons de cette évolution. Probablement faut-il lire ici l’effet des attentats de Madrid (survenus entre temps) , ou encore considérer que les efforts de pédagogie consentis par la société civile et les pouvoirs publics ont porté fruit. Toujours est-il que parmi tout les pays musulmans sondés, le Maroc est le pays dont la population rejette le plus la violence contre les civiles (33% seulement des libanais sont du même avis).

Autre enseignement de ce sondage : l’islamophobie gagne du terrain surtout en Europe. Aux Pays-Bas, ils sont 88% (parmi ceux qui estiment que certaines religions sont violentes et non parmi la population totale) à considérer l’Islam comme « la religion la plus violente », 87% en France, 81% en Espagne, 67% aux USA. L’Islam fait peur, c’est clair et net. Le Judaïsme n’est pas en reste : il est massivement rejeté dans les pays musulmans, et les marocains, qui sont 83% à penser que c’est une religion violente, obtiennent la palme d’or.

La prise de conscience des marocains sur la question de l’extrémisme religieux est louable et mérite d'être applaudie. En revanche, un effort est encore nécessaire pour refaire l’image du pays et montrer que l'islam n'est pas une religion de destruction. Ce sondage est à mon sens encourageant : il montre des signes prometteurs et marque un tournant positif.

Si vous souhaitez en discuter en Anglais, voir chez Jawad :
Islamic Extremism: Common Concern for Muslim and Western Publics