L} ntFileName}} ( B)">

Commentaires

1. Le vendredi, mars 25 2005, 08:45 par supertimba

pas d'accord sur le " centre de gravit de dcision conomique et sociale sest dplac au profit du politique".
Le champ dcisionnel partout dans le monde s'est dplac au profit de l'conomique: ce sont les multinationales qui dcident et qui dtiennent plus de 80% de la richesse mondiale.
Quand elles veulent dlocaliser par ex, l'tat est tout simpleme,t impuissant.
Un monde bien triste vers lequel nous nous dirigeons...

2. Le vendredi, mars 25 2005, 10:05 par Najoua

Je pense la rponse sur tout tes questions LARBI c'est le travail srieux et honnte. La preuve est le japon, ils ont pu changer toute leur vie en travaillant, en s'ouvrant sur l'autre tout en gardant leur identit culturelle...

3. Le vendredi, mars 25 2005, 13:29 par ayoub

Bonjour,

Merci pour ton ecrit

Il y a deux remarques que je veux faire :
la premiere rejoint, plus ou moins, celle de supertimba. Les hommes politiques n'ont pas d'impact reel sur le developpement. C'est la bonne utilisation des ressources du pays par le peuple et les entreprises qui garantit une evolution. Les hommes politiques ne font que tracer les idees phares a suivre pour garantir une certaine coherance. Ce que je trouve malheureux est que non seulement la politique n'est plus credible, mais en plus, le peuple attend et s'attend a des resultats visibles a court terme, alors que les vrais projets de societes se font sur plusieurs annees,voire plusieurs decennies, une sorte de projection dans le futur.

Comment alors faire ... comment motiver les marocains...
J'ai ecrit ,c'est juste mon avis bien sur, qu' il fallait que certains fassent ce sale boulot pour "huiler" la machine du peuple, la faire marcher .. et qu'apres quelques annees il y ait un bon rythme de croisiere , un bon rythme d'evoultions
(cf www.kingstoune.com/myblog... )

la question que je me pose : serions nous prets a faire face a ce monde qui sera ouvert , qui nous dictera encore ses lois? serions nous pret pour la prochaine decennie qui s'annonce rude pour l'economie marocaine ?
je suis sceptique

Ayoub
www.kingstoune.com

4. Le vendredi, mars 25 2005, 13:50 par Larbi

Je suis daccord avec vous supertimba et Ayoub que les multinationales contrlent en grande partie lconomie mondiale. Ma formule le centre de gravit de dcision conomique et sociale sest dplac au profit du politique est en effet rductrice.

Dans mon esprit je pensais aux processus de dcision au sein dun tat-nation. Face ce monde en bullition seuls des hommes politiques habilits et capables de prendre des dcisions peuvent construire des garde-fous. Prenez lexemple de ce qui sest pass rcemment propos de la directive Bolkestein. Mme si cest pour des raisons lectoralistes lies au rfrendum sur la constitution, le conseil de lEurope a russi remettre plat cette directive ultralibraliste. Cest en partie parce que les politiques ont peur de la sanction de lopinion publique.

Ayoub, je suis comme toi assez sceptique. Mais je crois que si on parle de ces questions cest dj assez bien. Dans ton blog et dans dautres on trouve des rflexions trs utiles sur les questions de dveloppement. Il faut le dire cest un fait nouveau dans un pays o seules les affaires de religion font dbat.

Reste esprer que les concerns par la gestion des affaires publiques dans notre pays soient convaincus, le plus tt possible, quil est grand temps de donner possibilit et moyens nos jeunes de faire le travail .

5. Le vendredi, mars 25 2005, 19:27 par ayoub

Je ne pense pas que ce soit seulement une dcision qui dpende des dirigeants des affaires publiques.

Comme je l'ai dit plus haut, je crois que les hommes politiques ne font que tracer les grandes lignes de la politique marocaine pour le dveloppement, maintenant qu'ils soient honnetes pas, a ne changera rien au fait que c'est le peuple le vrai capital , puisque c'est lui de produire.

L'Etat, tout le monde le sait, est pauvre, ne peut pas tout faire malheureusement : Embaucher les diplms, construire les routes, une politique sociale, bla bla .... c'est trop pour le Maroc qui subit d'ailleurs des contraintes internes et externes (FMI par exemple). En plus, c'est une dbilit d'attendre quoique ce soit d'un Etat qui est non seulement faible, conomiquement parlant, mais aussi ne connait gure les besoins de la population.

Je le rpte. Je pense qu'un progrs n'est possible que si le peuple se prend en main, lui mme, et travaille, que ce soit dans les PME, ou les personnes qualifies fassent ce qu'elles peuvent avec les moyens du bord, il faudrait que le peuple se bouge le "cul" ....

Comment faire bouger le peuple ....
C'est un dbat en soi!

6. Le dimanche, mars 27 2005, 11:36 par supertimba

Pour faire bouger le cul du peuple comme tu dis si ppotiquement:) encore faudrait-il rgler certaines choses.
Par ex les contraintes administratives(cauchemar de tous ceux qui voudraient revenir au pays fonder qq chose), le piston rig en systme clair et apparent(tous les fils de qui occuppent des postes cls a m'enerve ), l'aide aux jeunes entreprises(par ex fiscales) et surtout combattre le 60% de taux d'analphabtisme.

7. Le mardi, août 23 2005, 19:59 par ayoub

Salut,

(je ne sais pas si tu liras ce commentaire :) )

Il y a en ce moment, comme tout le monde le sait, le fameux INDH. Bien que je sois sceptique concernant son impact dans le temps, et dans le fond.. il y a un truc qui m'a interpellé, une petite grande innovation.
La democratie participative.

Tu sais autant que moi, que tant qu'il y a cette séparation des institutins du peuple, on ne peut espèrer un quelconque développement.. Les institutions, comme je l'ai dit plus haut établissent en quelque sorte les règles du jeu.

Et bien, dans ce "génialissime" INDH, il y a cette idée d'impliquer les gens, le quidam Lambda dans les projets "sociaux" locaux..

C'est une bonne nouvelle (bien sur si cela se concretise).. ça pousserait peut etre les individus à s'engager dans la chose politique, sociale ou économique qui les touche de près.


Ayoub
http://www.kingstoune.com

8. Le dimanche, avril 15 2007, 01:13 par hayzoun

Nous devons discuter sérieusement nos problèmes internes et non pas faire de la propagande politique.
Et la première constatation à avancer est de mettre au courant nos internautes.
Vous parlez de changement et de participation aux grandes décisions.
Depuis ma prime enfance g entendu dire qu'il ya eu falsification du choix des citoyens ;corruption des volontés des électeurs ;violation des droits et des libertés des Marocains.
Mais personne n'osait réveler la réalité et faire tort à nos bourreaux qui jouissent d'une retraite bien méritée .
Au Maroc il existait un seul ministère qui tirait les ficelles et qui surveillait tout ce qui bougeait sur lensemble du territoire et qui mettait son nez partout quant aux choix des élus et des parlementaires.
La volonté du peuple était truquée à coups de milliards.Un ministre sest échappé du pays avec la bagatelle somme de 300milliards de centimes à cause de cette falsification.
Chaque fois qu'un petit incident se produit dans le pays, ce ministère, en labsence de tous les ministères prend linitiative irréféchie en montrant son visage impitoyable et haineux quand il sadresse au peuple.
Nos commissariats et nos gendarmeries ,construits aux dépens du contribuable ,nous donnent la chair de poule chaque fois que la necessité ns oblige à acquérir une pièce didentité dans ces locaux administratifs.
On est accueilli par des mitraillettes à la main et par la froideur des sentinelles.
Bravo à nos tribunaux qui nous donnent libre accès à ses différents services sans qu'on rencontre la moindre résistance de la part des fonctionnaires .
ce ministère ,que tout le monde connaît, continue sans aucune impunité à pratiquer la terreur gratuite pour dissuader.
Je crois cher collègue que avant dinviter les gens à passer aux urnes comme le ferait dailleurs nimporte quel journaliste officiel tu dois en tant que simple intellectuel
-prier ceux qui gèrent ce pays de séparer les trois pouvoirs législatif, juridique, exécutif.
-donner aux élections leurs vraies sens c'est à dire permettre aux partis de décider de la politique à tracer par la désignation du premier ministre et de tous les ministres
-travailler dans la transparence et montrer au peuple qu'on est choisi pour améliorer ses conditions de vie et son mode de vie
-lutter contre le chômage qui ravage notre jeunesse qui ne sait à quel marabout se vouer ;par une politique dinsertion graduelle dans la vie active.
Notre pays est à la hauteur de ses ambitions mais il faut que les grands changements sociaux avancent dans le bon sens loin de toute politisation des intérêts des citoyens.
Ahmed hayzoun Q badr Fès.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.larbi.org/trackback/69

Fil des commentaires de ce billet