Une fiche « pédagogique » du Journal Attajdid traite de l’homosexualité et du châtiment des homosexuels dans l’islam.
Le rédacteur de l’article, le Docteur Mohammed Rouki de son nom, expose les différents types de châtiment selon les divers courants de l’Islam, le tout argumenté par des hadiths et versets coraniques.
Cet article, publié en arabe sur le site du journal, n’a suscité aucune indignation ni réprobation des observateurs encore moins des commentaires dans la presse alors qu’il s’agit ni plus ni moins d’un appel au meurtre !

Ainsi, l’auteur de l’article dresse une liste exhaustive des « châtiments des homosexuelles dans la charia islamique ».
Il distingue, pour cela, deux « courants de pensée » :
- Selon le premier courant, il faut appliquer la peine de mort pour les deux partenaires quelque soit leur position dans l’acte sexuel. Pour l’exécution de cette peine on peut, par exemple, les faire jeter d’un lieu si élevé que la chute provoque la mort (l’exemple est de l’auteur)
- Le deuxième courant stipule qu’il faut procéder par lapidation en jetant des pierres sur les deux partenaires jusqu’à leur mort.
Bref, même si les modalités de l’exécution diffèrent, le châtiment est toujours le même : la peine de mort.

Toujours selon l’auteur, Seuls les convertis (nés non musulmans) peuvent bénéficier d’une graduation de la peine (non précisée dans l’article).
Et l’auteur de conclure : Pour ce qui est des associations et des groupements qui défendent les homosexuels, ou qui les tolèrent en se référant aux droits de l’homme, ils commettent un crime plus grave que l’acte homosexuel en lui même et méritent, par conséquent un châtiment plus sévère [plus sévère que la peine de mort NDLR].

PS : A sa décharge, l’auteur ne réclame pas l’application de ce qui précède au Maroc, mais se contente de « Dire la loi » sur le site d’un journal marocain affilié à un parti qui représente la deuxième (sinon la première) force politique au maroc.